Approches de la philosophie de Platon, par Michel Liégeois

Platon est l’un des rares philosophes grecs, avec Epictète et Plotin, dont l’oeuvre nous soit parvenue presque entièrement, soit un ensemble de plus de trente dialogues et d’une dizaine de lettres.
Une telle entreprise philosophique serait due en grande partie à l’influence décisive que Socrate, devenu son maître dès 407, a pu avoir sur ce jeune aristocrate, aussi bien en ce qui concerne son goût de l’indépendance et son souci de la vérité que son refus de la politique de son temps et son désir de justice. La condamnation à mort de Socrate en 399 par le parti populaire au pouvoir à Athènes a indéniablement déterminé Platon à poursuivre l’élaboration de sa philosophie, en mettant en scène dans ses dialogues son maître. Après la mort de ce dernier, il aurait visité l’Egypte, la Cyrénaïque et enfin la Grande-Grèce, c’est-à-dire l’Italie méridionale et la Sicile. C’est à son retour qu’il fonda, vers 387, son école, l’Académie.Une des invitations et des approches possibles pour aborder une telle philosophie consiste à avoir à l’esprit au moins trois aspects essentiels qui en constituent les fondements : l’art du dialogue et le personnage de Socrate, la théorie de la connaissance et le souci de la politique au sens large qui se traduit par la conception d’une cite idéale.Quelques oeuvres majeures de Platon :On distingue traditionnellement trois groupes d’ouvrages qui correspondent aux étapes de l’élaboration de la pensée de Platon :

. Les oeuvres dites « de jeunesse » ou « socratiques » : Hippias majeur, Apologie de Socrate, Gorgias …
. Les oeuvres dites « de la maturité » : Le Phédon, Le Banquet, Le Phèdre, La République …
. Les oeuvres dites « de la vieillesse » : Le Parménide, Le Théetète, Le Sophiste, Le Timée, Les Lois …

Tagged on:     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ga('send', 'pageview');